EXPOSITION

"Pacham", William LET

 

Du 17 septembre au 10 octobre 2020 | Vernissage le 17 septembre 2020

Bronner Gallery, 524 av. du Général de Gaulle, Guéthary, France

PACHAM

 

La terre mère. La Pachamama, chère à la culture andine.

L’incarnation d’une relation à la terre. La recherche d’une harmonie.

C’est ce fil conducteur qui a mené le photographe d’art, William Let sur sa série photo « PACHAM ».

Il nous offre ici, plusieurs œuvres exceptionnelles qui nous parlent et nous racontent les histoires de ces femmes et ces hommes forts, invaincus et fiers. Des déesses terre puissantes, des gardiens Pacham qui s’assument, suivent leur instinct, souvent dépositaires d’un héritage ancestral et tribal.

Ils sont définitivement centrés, ancrés et absorbent les vibrations universelles de la terre pour les restituer à ceux qui les observent. Ils ont surmonté les épreuves. Ils sont alignés, inébranlables et rayonnent d’harmonie vitale.

Ressentez dans ces œuvres, le métissage des peuples qui ont vécus depuis des millénaires avec leur amour et le respect de la nature, leurs philosophies, leurs traditions, en hommage à leur mère, la Terre, la Pachamama, à leurs ancêtres et à la transmission des valeurs.

William Let nous propose des photographies travaillées à l’aide de techniques picturales : mine de plomb, encre, peintures, pigments, vernis, collages… et calligraphiques, les mots renforçant l’atmosphère de ses portraits. Il imprègne ses œuvres d’une partie de sa vie, les rendant uniques.

Car chaque intervention est l’expression d’un instant, le présent, le spontané. Ces images parlent, communiquent, elles sont chargées de vérité, de vie. Les sujets sont en connexion, initiée par les vibrations des bols tibétains, les rythmes du tambour chamanique, les parfums du bois sacré, l’air purifié par la sauge, les voix des chants sacrés ou des loups, et plonge ces gardiens dans un état vibratoire.

Ces séances sont de vraies expériences sensorielles, plongeant ses modèles dans un univers olfactif et auditif proche du tribal, remplissant tout l’espace et détachant tous les acteurs de leurs repères contemporains. Des modèles aux corps peints, mis à nu, libres de tout apparat, libres de tout jugement sociétal.

William Let s’inspire de tout ce qu’il a pu découvrir au travers de ses recherches et laisse le corps s’exprimer face à lui.

Il photographie alors comme il ressent.

 

L'ARTISTE | WILLIAM LET

 

William Let est un photographe et artiste français, né au milieu des volcans, en Auvergne.

Depuis toujours, il fut bercé par les légendes, les énergies, les esprits et entouré de guérisseurs en tous genres.

Son grand-père, musicien et chef d’orchestre ayant découvert le pouvoir de ses mains, soignait des personnes qui se plaignaient de maux parfois depuis plusieurs années. Sa mère hérita des mêmes dons.

Comment alors ne pas s’intéresser à des pratiques dont on est le témoin depuis l’enfance ? Comment ne pas croire en des forces, des énergies différentes ?

 

William Let s’est pourtant éloigné de tout cela pour faire ses études artistiques à Paris. Six années plus tard, diplômé d’arts appliqués et une licence de concepteur graphique en poche, il intégrait l’agence de communication la plus renommée de l’époque en tant que directeur artistique.

 

Cette expérience lui a ainsi permis de fréquenter de grands musiciens, comédiens, danseurs, peintres, sculpteurs, chefs cuisiniers, et de s’essayer à leurs disciplines pour en découvrir les secrets, sentir ce qui les animait et surtout « comprendre » leur art, cette quête spirituelle qui va au-delà de la simple maîtrise technique. Celle de toucher l’énergie vitale du spectateur et de la connecter avec « l’œuvre ».

 

C’est en 2009, lors d’un voyage au Brésil pour un projet humanitaire, que William Let eut le déclic pour sa série photo Pacham. Lors de son séjour, il écouta les légendes et vu briller les yeux d’un peuple qui vit en harmonie avec la terre, notre mère, La Pachamama.

Inspiré par les philosophies des tribus, peuples autochtones, les pensées d’hier et d’aujourd’hui, les symboles créés il y a des milliers d’années ou plus récemment, ses recherches se sont basées sur le point commun de vouloir le bien, d’apporter la paix intérieure et de bien vivre en harmonie sur la terre avec soi et les autres.

 

Empli de cette approche et de l’envie de ressentir la force de l’art de la peinture corporelle, il a commencé à prendre en photo des modèles qu’il connaissait bien, des amies qui avaient surmonté des épreuves de la vie, gardant un sourire plus grand que toutes les souffrances qu’elles avaient traversées.

 

Et c’est dans cet univers que William Let nous emporte. Un monde de spiritualité et de respect. Un monde de vibrations et d’harmonie.

Un univers où l’on parle de sensations et d’émotions. Un univers où il n’est question que d’amour.

NEWSLETTER

FOLLOW US

  • Facebook
  • Instagram

La galerie est adhérente au Comité Professionnel des Galeries d'Art